Nos formations en ligne

Notre chaine YouTube

Académie TMF sur Facebook

Méthode OML

Pour prendre contact avec nous…

Anne Sylvestre, dans l’inconscient collectif français

Déjà en 2011, dans mon blog bbmontessori, j’écrivais sur Anne Sylvestre, cette grande dame qui nous a bercé, a bercé nos enfants et nos petits enfants par son génie musical.

Elle fait partie de mon histoire personnelle et familiale; mes 4 garçons ayant été bercés par les fantastiques FABULETTES dont nous avions toute la collection en K7 audio.

Je suis pleine de gratitude pour Anne et ce qu’elle nous a offert et que nous avons pris sans compter !

Murielle

Qu’est-ce que l’éducateur Montessori 2.0 ?

Venez écouter notre podcast et découvrir l’Educateur Montessori 2.0

Educateur Montessori 2.0

Préserver l’intégrité physique et morale des sportifs mineurs

Une fois n’est pas coutume, nous vous partageons aujourd’hui un document au format PDF rédigé par la Direction régionale de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale d’Ile-de-France.

Parce que les enfants font de plus en plus d’activités extra-scolaires, ce document contient de nombreuses informations à connaître et faire circuler.

Cinq clés mentales anti-covid pour les enfants

Depuis que je coache quelques personnes (adultes et enfants) ayant besoin d’un accompagnement de leur mental dans un cadre précis (sport, management ou régime alimentaire), je prends conscience de combien nous en avons tous besoin, petits et grands. Et encore plus depuis ces quelques mois marqués par une pandémie mondiale.

Alors voici cinq clés essentielles que je propose aux enfants en tout premier lieu. Ils peuvent les répéter, les afficher dans leur chambre, les illustrer, pour se les approprier.

ESTIME DE SOI
« Je suis mieux et plus que ce que je fais, ce que je dis, ce qui m’arrive ».
Les enfants, humain en plein construction, font des erreurs, disent des bêtises, déclenchent des événements. Souvent ils risquent de s’identifier à tout ceci, ce qui n’est pas le cas puisque nous sommes plus que la somme de nos actes et pensées.

CONCENTRATION
« Je sais me concentrer, je respire et regarde fixement une photo que j’aime durant 2 minutes. »
Les enfants ont un pouvoir de concentration inné. Seulement ce n’est pas sur ce que les adultes souhaitent, quand et comment ils le souhaitent. Alors ils mettent dans la tête des enfants qu’ils ne savent pas se concentrer ce qui est faux.

CONSCIENCE DE SOI
« Je reçois de l’énergie des beautés de l’Univers. »
L’énergie est la base de l’Univers qui se transmet à travers les cellules vivantes ou non.

CONFIANCE EN SOI ET DANS L’UNIVERS
« Cela aussi passera. »
Rien n’est immuable dans l’Univers, ni dans son histoire. On explique à l’enfant, pourquoi se souvenir que les mauvais moments et événements se terminent tôt ou tard, est vital à son mental.

PROJECTION DE SOI
« Je reste dans l’action qui me fait du bien. »
Rester dans l’action positive permet de ne pas sombrer dans la fatalité, le désespoir… Etre actif c’est se bouger physiquement et psychologiquement car nous sommes un tout. D’où le bienfait du sport bienveillant que nous pouvons proposer aux enfants.

Murielle LEFEBVRE, formatrice et coach mental

La normalité n’est plus

Dernièrement je lisais le message d’un directeur de collège qui s’essaie à continuer de rester dans la « normalité »  : il essaie de proposer les mêmes cours avec les mêmes profs dans les mêmes salles et les mêmes horaires avec la même -absence de- pédagogie.

Or, depuis mars dernier beaucoup de choses ont changé; -sur lesquelles même l’Education Nationale n’a pas d’emprise, qu’elle l’accepte – !

Accepter le changement extérieur est déjà la première étape.

Voyons ensemble les problèmes à solutionner :

  1. Les enfants ne peuvent plus se trouver tous en même temps au même endroit que ce soit au self ou dans le couloir
  2. Les enfants doivent être à distance les uns des autres de l’arrivée au départ du collège
  3. Les enfants doivent se laver les mains régulièrement et porter un masque
  4. Les enfants doivent continuer à être heureux, motivés et épanouis en dépit des circonstances

Sont-ce de gros problèmes insurmontables ?
Si l’état d’esprit du corps enseignant est mauvais, assurément aucun ne sera solutionné.
S’il n’existe aucune véritable hiérarchie reconnue non plus.

Agir pour changer ce qui doit l’être en est une deuxième.

Sinon, chacun des 4 points soulevés possède une multitudes de solutions, les collégiens eux-mêmes vous en souffleront. Bien entendu il faut adopter une posture qui va avec le costume de superman « je m’adapte et mets en place des solutions ».


Je me souviens avoir suggérée l’une d’elle lors d’une réunion dans un collège où nous parlions du plan « vigipirate » il y a plus de 15 ans. Personne ne savait vraiment en quoi consistait ce plan et tous avaient accepté des barrières interdisant l’accès aux piétons, qui par conséquent marchaient sur la chaussée noire de véhicules ! J’avais expliqué comment aux US, on organise la sortie de 300 élèves quotidiennement, en moins de 15 minutes, en toute sécurité et avec joie. On m’avait regardé comme si je venais d’une autre planète  !

Aujourd’hui, nous  y sommes sur l’autre planète, alors acceptons-le et trouvons ensemble de vraies solutions, et pas seulement pour nous mais surtout pour les enfants.

 

Autisme et Montessori

Je suis appelée au téléphone par une grand-mère d’une petite fille de 8 ans qui est autiste, non verbale, au syndrome nauséeux, ne dormant pas la nuit.
Elle a entendu parler que j’allais installer un cabinet pédagogique dans la région. Nous parlons au téléphone durant une heure, elle cherche des matériels, des conseils, du réconfort. Elle connait beaucoup, beaucoup de choses. Elle a eu le temps de découvrir le monde de l’enfance handicapée en France, depuis le diagnostic il y a 4 ans.
Sa petite-fille va à l’école publique 3 jours par semaine, accompagnée d’une AVS. Elle a aussi une séance hebdomadaire d’orthophonie et de psychomotricité, toutes deux prises en charge financièrement. Mais cela ne suffit pas à aider sa petite-fille selon ses besoins très importants et vitaux. Et la Mamie sait que ces aides s’arrêteront année après année et que les progrès multiples de la fillette en seront affectés.

Comment faire ?

SONY DSC

Elle connait des méthodes, des outils, bien plus que n’importe quel enseignant de l’Education Nationale.
Elle me teste un peu gentiment, car je lui dis avoir accompagné un groupe de parents d’enfants autistes durant 2 ans pour les former aux matériels montessori. Elle constate que je me suis formée à la langue des signes pour bébés en France, à Makaton en Angleterre et à Orton Gillingham aux USA.
Nous parlons de pistes de revendeurs de matériels adaptés, du quotidien familial de cette enfant. Il n’y a pas d’association locale et la maman très investie par la vie quotidienne aurait bien besoin de soutiens, pour se reposer, se poser elle-même.

Encore une fois, l’inclusion et surtout la pluralité pédagogique auraient toute leur cohérence pour des enfants comme cette petite fille.
La liberté pédagogique a prouvé qu’elle ne convenait pas car elle n’a pas de sens, pas d’objectif, pas de progression au-delà de l’année scolaire. Alors année après année les enfants sont balancés d’une organisation d’enseignant à une autre. Combien d’enfants sont ainsi abandonnés à leur sort ? Beaucoup et même de plus en plus.

S’il n’y avait qu’une seule raison pour laquelle je me lève tous les matins pour continuer à faire connaître la philosophie Montessori, elle serait là, dans le besoin de cette petite fille.
Nous avons tous quelque chose à offrir !

Les besoins fondamentaux des enfants

Vendredi dernier, j’ai rdv avec V. entraineuse de footballeuses de 12 ans.
Nous nous sommes rencontrées au collège de nos fils et on a convenu que je ferai des séances de préparation mentale avec elle et son équipe de footballeuses. Je suis allée voir un entrainement et maintenant on essaie de mettre en place un programme.

Le confinement nous coupe l’herbe (du stade-) sous les pieds.
Je lui propose qu’on prépare tout de même des séances ensemble, en lui disant qu’on peut trouver des solutions :

  • je la coache et c’est elle qui coachera les joueuses ensuite
  • on fait des séances à distance avec les jeunes par zoom.

Elle est étonnée par mes propositions créatives et accepte qu’on en discute.
On parle deux heures et on balaie les sujets sur lesquels on pourrait avancer : confiance en soi, estime de soi, le capitanat, les objectifs. J’ai même préparé des maquettes de diaporama sur les thèmes (j’ai déjà des outils pédagogiques puisque je coache des joueurs de tennis et golf).
Tout est nouveau pour elle. Rien n’est défini dans le club en tant qu’objectif. Elle n’a que des interdits (ne pas faire courir les joueuses ou leur proposer des séances de gainage par exemple !!!) et elle n’a jamais réfléchi sur ces sujets en dehors de sa culture personnelle.

Elle est très intéressée par mes propositions, pour sa gouverne et pour ses enfants (elle en a 4 de 15 à 7 ans, des enfants atypiques et précoces pour lesquels le système classique d’enseignement est de très difficile à difficile, selon les années). Elle me dit qu’elle a tenté des pédagogies alternatives, qu’elle s’est tournée vers Montessori, mais que c’est hors d’atteinte : très cher et élitiste en France.
Que faire ?
Voici donc l’exemple d’une mère de famille nombreuse, dynamique puisqu’elle s’implique dans la vie sociale de son quartier (entraineuse de foot bénévole) en plus de son travail, qui ne trouve pas de solution satisfaisante pour l’éducation de ses enfants, le système de l’Education National étant une roulette russe qui d’une année sur l’autre permettra à un voire deux de ses enfants d’être considérés. C’est une jeune sportive de quarante ans à peine qui est triste de voir que dans le sport aussi on ne considère pas le potentiel de l’enfant, on ne parle pas d’objectifs à atteindre en fin d’année, on ne leur demande pas ce que veut dire « avoir confiance en soi », « estime de soi » ou « quelles sont les différences entre attention et concentration ».
Nous avons du pain sur la planche pour une Education basée sur les besoins fondamentaux des enfants qui sont encore bien trop occultés par des programmes stériles éloignés de la sphère vitale de l’enfant.

Philip Boswood Ballard

Je lis un ouvrage ancien qui s’intitule Les maîtres de la pédagogie contemporaine.

C’est une petite encyclopédie antérieure à 1952 puisque Maria Montessori y est présentée comme étant encore vivante.

La classification des pédagogues est basée selon leur langue. Ainsi on y trouve les pédagogues américains, puis allemands, anglais, francophones, néerlandais et italiens. Chacun y a son portrait en photographie N&B, sa biographie rapide, des extraits d’ouvrages et parfois même des glanelures (citations).

Ce que je retire en tout premier lieu de cette lecture, c’est qu’on nous présente beaucoup de pédagogues : 142 au total.

(Il est intéressant de noter que Freinet ne figure pas dans la liste des pédagogues français, à contrario de Henri Bouchet qui décrit  l’individualisation de l’enseignement dont la pédagogie montessori fait partie selon lui).

Avec tous ces personnage, on est loin de la sempiternelle liste d’un quinzaine de pédagogues dont la plupart des universitaires français – soit-disants spécialistes – nous rabâchent les oreilles depuis un siècle !

Ensuite, la lecture me confirme ce que j’ai constaté depuis pas mal de temps : tout a déjà été observé, découvert et décrit en matière de pédagogie. Science qui naît de l’observation des processus d’apprentissage de l’être humain avant de devenir un ensemble de propositions visant à accompagnement l’apprenant dans sa transformation.

Je me suis arrêtée sur quelqu’un dont je n’avais jamais entendu parler avant la lecture de cet ouvrage : Philip Boswood Ballard, enseignant anglais, écrivain pédagogique, directeur et inspecteur d’écoles galloises.
Dans l’extrait publié d’un de ses ouvrages, il nous parle de Maria Montessori et de la pensée contemporaine sur le travail individuel.

Je vous partage quelques glanures qui m’ont parlé:

« …le psychisme a dans chaque personne sa structure et son rythme. »

« Peu à peu se révéla le secret magique des théories montessoriennes; le secret de rendre possible, à l’école gardienne, l’étude individuelle. »

« Tout professeur qui n’est pas un fossile fait des essais pour fournir à son élève l’occasion de se développer lui-même, selon ses possibilités, selon son propre rythme et par son propre effort ».

 

 

 

 

De quel(s) environnement(s) rêvons-nous ?

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette semaine nous avons observé les escargots dans notre jardin.
Ils sont très nombreux en cette saison et se baladent partout, rien ne les arrête, puisqu’ils sont capables de se fixer la tête en bas, à la verticale ou l’horizontal sur des objets comme des végétaux.

Notre contact avec la Nature est plus que jamais salutaire à notre équilibre psychologique et mental. Nous sommes reliés aux animaux, aux plantes car sans eux, le déséquilibre serait réel. Veillons à les respecter et les préserver de nos fantasmes de prédateurs !

Profitons de ce moment de repliement physique sur nous-même, imposé par le gouvernement, pour nous rendre compte combien le manque de contacts avec le soleil, les couleurs d’automne, les balades pour ramasser les chataîgnes, l’air pur, le silence et les rencontres nous sont vitales.

Quel environnement aimez-vous ? Pourquoi ? Y allez-vous souvent ?
Quel environnement votre conjoint, vos enfants, vos proches aiment-ils ?
Logiquement vous devriez vivre toute l’année à l’endroit que vous aimez. Si ce n’est pas le cas, pourquoi ? Qu’est-ce qui vous en empêche ? Y allez-vous suffisamment pour vous ? Quand pourrez-vous y vivre ?

Toutes ces questions sur l’environnement dont Maria Montessori nous parle dans sa pédagogie, sont primordiales à notre équilibre.

De la musique pour garder la joie tous ensemble !

En cette période où chaque petit geste et chaque petit mot positifs font la différence sur notre mental et donc celui des autres, nous vous proposons d’explorer ce que Maria Montessori proposait sur le sujet de la musique et du corps en mouvement.

Nous vous avons concocté un module de formation en ligne d’une durée de 20 heures, à faire chez vous paisiblement à votre rythme.

De la théorie musicale et des belles notes dans nos oreilles, à proposer ensuite aux enfants petits et grands.

Inscrivez-vous si le coeur vous en dit  !